Mini Fastnet 2018 : A vous qui relisez la Course.

A vous, amis Ministes, MERCI.
Bien entendu, il faut dire que Jean-Jacques Quere nous avait concocté une météo du tonnerre pour ce 33ème Mini Fastnet.
Bien entendu, il faut dire que le grand chef d’orchestre, Denis Hugues, était en super-forme.
Bien entendu, il faut dire que vous avez été sages et qu’un seul abandon (au retour) est à déplorer; vous avez tous vu le Fastnet Rock, ou en tout cas son pinceau lumineux.
Bien entendu que la convivialité douarneniste, et en particulier l’accueil au Winches Club,…
Bien entendu tout cela.
Mais le spectacle c’est vous qui le faites. Sur la carto, le ballet des petits navires qui ressemble à la guirlande d’une guinguette océane pour un bal du 14 juillet, c’est vous, c’est déjà beau. Et en plus ça bouge, ça avance, comme un essaim silencieux, comme un tout, c’est la Classe Mini qui déambule entre Finistère, Cornouailles et Irlande. Et quand on se laisse prendre au piège de cliquer sur cette lanterne magique, on voit les noms, on voit les vitesses, les caps, la distance au but, la longitude et la latitude, on y est, on est avec vous, on guette les voisins, celui juste devant, celui un peu trop près derrière,…et on imagine vos rythmes, votre quotidien, vos repas, et le reste…et nous sommes les passagers clandestins de vos voiles. A vous, amis Ministes, merci de cette hospitalité.
Mais à l’item du classement, le piège se referme. La carto a happé ses accros. On est foutu, jusqu’aux franchissements de la ligne.
A l’arrivée, on voit bien dans vos yeux que notre imagination était bien en-deçà de ce que c’était en vrai, pour vous. On entend dans vos rires que le plaisir était grand, qu’une partie de tout ça vous ne pourrez le partager qu’entre vous.
On remarque bien aussi à vos visages, à vos démarches, que ça a été dur, que le corps souffre dans cette balade celtique. Surtout pour ceux qui n’avaient pas les fesses au sec. Ce soir-là certains ont dormi sur le ventre.
A vous, amis Ministes, MERCI.

Photo Simon Jourdan.