Tous les articles par djibi2018

Mini-Fastnet : Point Série à Lands End.

10h30 : Les 10 premiers se tiennent en à peine 2 milles. Ces dix équipages naviguent à vue depuis le début de l’épreuve. « Mahi-Mahi »(869) et « Emile Henry »(895) ont pris, tour à tour, la tête du groupe tout au long de la traversée de la Manche.                                           A Lands End, ce sont les p’tits jeunes Erwan Le Draoulec avec Clarisse Cremer qui mènent sur « Emile Henry ». Suivent, à portée de fusil, et bord à bord, Pierre Chedeville avec Antoine Gloanec « Océan-Dentiste.com »(887) et Charly Fernbach avec Benoit Hantzperg « Mahi-Mahi ». Derrière ce trio, Benoit Sineau avec Stéphane Le Diraison « Cachaca II »(915) sont revenus dans leurs tableaux arrières. Suivent, dans leurs sillages et à la queuleuleu, Nicolas Ferellec avec Rémi Aubrun « Constructions du Belon »(868), Oliver Tessloff avec Victor Turpin « Olivertessloff.com »(893), Tom Dolan avec François Jambou « Cellestab.com »(910), Tanguy Bouroullec avec Wiliam Blosse « (909), Germain Kerleveo avec Frédéric Duthil « Technique Voile »(913) et Valentin Gautier avec François Amaury  » Shaman-Banque du Léman »(903) qui, après avoir perdu un peu de temps au départ, viennent de recoller au groupe.       Inutile de préciser que pour la hiérarchie de ce groupe, rien n’est fait.  Notons la performance des Italiens Ambrogio Beccaria avec Alberto Riva « Alla Grande Ambeco »(539) qui mènent la flotte des nez pointus.                                                                                                                                       Enfin, c’est le doyen de la course, l’Australien Patrick Conway, qui vient de souffler ses 70 bougies, accompagné du Britanique Noël Sharpe sur « Lendur »(470) qui ferme la marche mais reste au contact. Un coup de chapeau spécial!

 

Photos Simon Jourdan

Mini-Fastnet : Point Proto à Lands End.

Lundi 9h00 : « Griffon.fr » (865) a passé la pointe des anglaises Cornouailles il y a un peu plus d’une heure. « Lillienthal » (934) et « Eight Cube » (888), séparés de 0,5 mille passent la marque à l’instant. 3,5 milles plus loin, « Spicee.com »(716) mène un groupe de 4 chasseurs composé de « Sideral » (931), « Roll my chicken » (679) et « Ropeye » (787). Un peu plus loin, à 3 milles de ce groupe, « Région Guadeloupe » (788) s’accroche.

Photo Simon Jourdan

Mini-Fastnet : Wolf Rock en vue.

Lundi 19/06 : 08h00.

Proto :                                                                                                                                         Le phare de Wolf Rock est en vue pour la tête de la flotte. Sauf pour « Griffon.fr » qui a déjà dépassé Lands End, la pointe des Cornouailles anglaises. La domination du mini 6,50 mené de main de maître par Ian Lipinski et David Raison ne souffre aucune contestation, comme à son habitude. Pointé à plus de 10 noeuds, il avale les milles avec la régularité d’une horloge suisse.                                                                               La concurrence fait ce qu’elle peut pour limiter les dégats. Il s’agit toutefois de ne pas se laisser endormir car l’équipage allemand, composé de Joerg Riechers et Robert Stanjek n’est, compte tenu de son début de course catastrophique, pas si loin. Leur bateau « Lillienthal » est distancé ce matin de 6,6  milles. Il conviendra, de garder à l’oeil les performances de ces redoutables concurrents qui semblent être les seuls à pouvoir apporter l’ombre d’un doute sur le résultat final. Le retrait prématuré de « Bon mais pas un rond » de Erwan Le Mené et Fred Denis, suite  à une rupture de la drisse de spi nous ayant privé dès le début de la nuit de l’autre équipage en mesure de garder un peu de pression sur « Griffon.fr ». Il serait injuste de ne pas citer Simon Koster et Axel Trehin qui font tout ce qu’ils peuvent, et même plus, pour tirer le maximum d’un bateau, le 888 « Eight Cube », qui reste en-deça des performances espérées.

Série :                                                                                                                                          La configuration de la course est totalement différente dans la catégorie Série où ils sont une douzaine à naviguer à vue. Il ne s’agissait pourtant pas d’une promenade de santé depuis le passage du Four la nuit dernière car les équipages ont été malmenés par une mer dure et cassante. Mais le groupe des leaders est toujours très compact, la tête dans le guidon, et le moindre relâchement sera pénalisé par l’exclusion. Il y a donc lieu de rester à l’attaque à chaque minute et de ne pas lâcher le morceau. Il conviendra de faire un point précis en milieu de matinée lorsque les minis seront en file indienne au passage de Lands End..

Photo Simon Jourdan

 

 

Mini-Fastnet : Erwan et Fred bien arrivés à Tréboul.

Après la rupture de leur drisse de spi alors qu’ils étaient sous gennaker, aux abords de les Plâtresses, les skippers de « Bon mais pas un rond », Erwan Le Mené et Fred Denis ont pris la décision de rentrer. La mer était formée et le remplacement impossible dans ces conditions. Rien de grave, Erwan est déjà qualifié, et le bateau n’était plus compétitif. La voile reste un sport mécanique, il ne faut pas l’oublier.

Photos Simon Jourdan.

Mini-Fastnet : 4 Gros nez au Four.

Dimanche 22h00 :

Les choses se décantent très vite dans la catégorie Proto. Avec le retrait prématuré du duo Erwan Le Mené et Fred Denis, ce sont maintenant 4 « gros nez » qui occupent les 4 premières places du classement. Cela devient presqu’un euphémisme de dire que Ian Lipinski, a fortiori en compagnie de David Raison, domine la catégorie. Une fois encore c’est le cas, et c’est sans aucune surprise qu’inexorablement il creuse l’écart au fil des pointages.                               A 2 milles nautiques de lui, le Suisse Simon Koster semble avoir trouvé au moins une partie du mode d’emploi de son 888 « Eigh Cube Acryline », et la compagnie du talentueux Axel Trehin ne peut être qu’un plus pour l’Helvète. Il sera intéressant d’observer, dans les heures qui suivent, quelle résistance va pouvoir offrir cet équipage inédit. Cinq milles plus loin que le leader, les équipages allemand et italien sont aussi détachés. Sur « Lillienthal », Joerg Riechers et Robert Stanjek ont été les auteurs d’un départ un peu laborieux puis ont absorbé toute la flotte sur la longueur du Chenal du Four. Aux côtés d’eux, le transalpin Andréa Fornaro  et l’Espagnol Oliver Bravo de Laguna ne s’en laissent pas compter.

En Série, le peloton est encore très compact. Les onze premiers se tiennent en moins d’1 mille. Ce sont tous des Pogo3. Il faudra sans doute attendre la première nuit et la traversée de la Manche pour voir si des équipages lâchent, ne fut-ce qu’un peu le morceau. Il est plus que probable que, comme l’année dernière, l’un ou l’autre de cette bande-là ne s’imposera qu’à l’approche de la ligne d’arrivée. Ne citons donc que l’équipage mixte d' »Emile Henry », Erwan Le Draoulec et Clarisse Cremer, qui, pour l’heure, ouvre la voie.

Mini-Fasnet : J-4 : Une épreuve trentenaire.

 

20150611SimonJourdan_4972
Photographie Simon Jourdan.

CLASSE MINI 6,50.

Le Mini Fastnet pourrait se résumer à un aller-retour entre la cité Penn Sardin et le rocher du Fastnet, au Sud de l’Irlande.                             Mais le Mini Fastnet s’avère beaucoup plus que ça !                                      Sa destination, le phare surnommé la larme de l’Irlande (c’était la dernière vision de leur pays pour les migrants vers l’Amérique) est un mythe à lui tout seul. Son éclat blanc qui déchire la nuit toutes les 5 secondes a guidé de nombreux marins dans ces parages sauvages et dangereux.                                                                                                                          Pour les skippers de la classe Mini 6,50,il représente un véritable monument :                                                                                                                              Le Mini Fastnet est long : avec ses 600 milles en route directe, c’est le plus long parcours du circuit Mini (à l’exception de la Mini Transat et de la couse des Açores).                                                                                             Le Mini Fastnet est varié : son tracé offre successivement des décors maritimes très spécifiques : une navigation au cordeau entre les cailloux du chenal du Four; puis la traversée de la Manche et le slalom à la sortie du DST entre les cargos; puis le passage de Land’s end point extrême NE de la Grande-Bretagne; puis la traversée en diagonale de la Mer d’Irlande et enfin le retour depuis le Phare du Fastnet jusqu’à Douarnenez.                                                                                                           Le Mini Fastnet se court en double : toutes sortes de couples : des couples aguerris qui s’unissent pour viser les places d’honneur, des couples unisexes, des couples mixtes, des anciens expérimentés avec des petits nouveaux, des couples plus improbables…. C’est l’occasion d’échanger, d’apprendre, de reculer les limites ou de franchir le pas.                                                                                                                      Ce n’est pas pour rien si cette épreuve est au programme de la classe Mini 6,50 depuis 30 ans ! Nombre des 96 marins qui s’élanceront dimanche après-midi n’étaient pas nés lors de la première édition en 1985.

48 Minis, 96 marins.

Ils seront 48 bateaux sur la ligne de départ de ce 30ème Mini Fastnet ce dimanche 14 juin. 28 en Proto et 20 en Série.                             En Proto : L’incontestable favori est Davy Beaudart, associé à David Raison, architecte du bateau et vainqueur de la Transat 2011 avec le premier Gros Nez. Le bateau (865 – Flexirub cherche co-sponsor) est fin prêt, il vient de remporter de haute lutte le récent Trophée Marie-Agnès Péron et la configuration du parcours lui convient parfaitement. Il est probablement un peu tôt pour que les 2 nouveaux venus de la catégorie (888 et 894) contestent cette supériorité. Par contre plusieurs jeunes aux dents longues partent le couteau entre les dents. Ils sont bien décidés à profiter de la moindre défaillance du magicien d’Hennebont pour se glisser devant lui. Sûr qu’il sera attaqué de partout par les 667 (Ludovic Mechin  et Alan Roura), 716 (Axel Trehin et Maël Troel), 630 (Nicolas D’Estais et Quentin Vlamynck), 788 (Michele Zambelli et Charlie Pinot), 800 (Frédéric Denis et Hugo Kerhascoet) et 802 (Clément Bouyssou et Grégoire Mouly). De belles passes d’armes en perspectives.                   En Série : En l’absence de Tanguy Le Turquais, une belle bagarre s’annonce entre les trois Naciras de Damien Cloarec accompagné de son frangin Paul Cloarec (802 – Ici votre nom?), de Patrick Girod secondé par l’expérimenté Amaury François (824 – Nescens) et du belge Jonas Gerckens associé à l’italien Allessandro Torresani (821 – Netwerk). Autres candidats au podium le Pogo2 de François Jambou et Thomas Dolan ( 552 – Concevoir et construire) et les plans Rolland D2 de Pierre Loulier et Mathieu Claveau (746 – Colibri Les chevaux du beal) et des néerlandais Dimitri Simons et Ewout Lubberink (758 – Teamsolo Nl).                                                                                    Il conviendra également d’observer les performances des protos bientôt Série. Les Ofcet6,50 N° 866, 867,879 et 880 ; les Pogo3 N° 868, 869, 871 et 882. Une course dans la course, entre-eux et face aux Séries.