Mini-Fastnet : L’Irlande au bout de l’étrave.

Une course de légende.

Le Mini-Fastnet occupe une place à part dans l’Océanique Magic Circus de la Classe Mini 6,50.                                                                                         D’abord parceque c’est la plus ancienne des courses organisée dans le circuit de la Classe. La doyenne en quelque sorte. Si, comme son nom l’indique, elle a toujours eu pour objectif le célèbre phare Irlandais, à l’autre bout de la Mer Celtique, elle a connu plusieurs lieux de départ, ou d’arrivée, au fil des années : l’Aber Wrach, Trébeurden, Dieppe, Les Sables d’Olonne, Ouistreham, île de Groix; depuis 2002, l’épreuve a installé ses quartiers à Douarnenez. Le Mini- Fastnet en est à sa 32ème édition, la 16ème à Douarnenez, associée au Trophée Marie-Agnès Péron depuis 2005.                                 En dehors des deux courses majeures bisannuelles – SAS et Mini Transat – elle est la plus longue de la saison avec ses 600 milles nautiques. Mais ce qui représente sa particularité la plus marquante est qu’elle se court en double. Ce sont donc, chaque année, près 140 marins qui constituent jusqu’à 70 équipages maximum qui s’alignent au départ.                                                                                                                                  Avoir fait le Mini-Fastnet est une référence, y avoir brillé un must. L’avoir remporté, c’est entrer dans la légende de la Classe Mini.             Les lauréats depuis 1991 : Frédéric Leclere/Loïck Blanken, Thierry Fagnent/Catherine Chabaud, Gwen Chapalain/Jean-Luc Nélias, Christophe Ancelin/Lionel Lemonchois, Yvan Bourgnon/Marc Guessard, Bernard Stamm/Vincent Riou, Pascal Fievet/François Lamiot, Peter Heppel/Andrew Cape, Karen Leibovici/Sébastien Magnen, Basile Laurent/François Robert, Samuel Manuard/Yannick Cano, Erwan Le Roux/François Lamiot, Corentin Douguet/Sam Manuard, Didier Le Vrouch/Aloys Claquin, Guillaume Bonniot/Sylvain Viau, Thomas Ruyant/Yann Riou, Stéphane Le Diraison/Yann Riou, Guillaume Le Brec/Yann Riou, Nicolas Boidevezi/Laurent Bourges, Etienne Bertrand/Julien Pulvé, Gwénolé Gahinet/Grégoire Mouly, Damien Audrain/Pierre Brasseur, Davy Beaudart/David Raison et Ian Lipinski/Sébastien Picault qui détiennent le record de l’épreuve en 3 jours 13 heures 03 minutes et 08 secondes.

Des profils différents.

Ces équipages présentent des profils presque aussi différents que le nombre de bateaux en lice: ceux qui viennent pour gagner, ceux qui choisissent cette course en double pour leur entrée sur le circuit Mini 6,50, ceux dont c’est le seul objectif annuel, ceux qui veulent l’avoir fait un jour, les associations de dernière minute,..

28 Proto seront au départ. Il y a, à tout seigneurs tout honneur, parmi ceux qui viennent pour gagner , au premier rang, l’insatiable Ian Lipinski qui devrait croquer sa quatorzième victoire d’affilée en compagnie de l’architecte de « Griffon.fr », David Raison. Toujours chez les Proto, la deuxième confrontation avec le nouveau plan Etienne Bertrand, le n°934 « Lillienthal » skippé par l’Allemand Jorg Riechers associé à son compatriote Robert Stanjek sera à suivre de près. De même que la performance de « Bon mais pas un rond » barré par Erwan Le Méné et qui sera épaulé pour l’occasion par le redoutable Fred Denis, vainqueur de la dernière Mini Transat avec ce même n°800. Une belle chasse au Griffon au programme de la semaine irlandaise. Quelques autres Proto seront également à l’affut : le Suisse Simon Koster et Axel Trehin sur « Eight Cube » (n°888), le couple italo-hispanique Andrea Fornaro et Oliver Bravo de Laguna sur « Sideral » (n°931), le couple franco-italien Sébastien Pébelier et Alessandro Torresani sur « Ropeye » (n°787). Pour en terminer avec ceux qui animeront la tête de la flotte, citons encore le n°716 « Spicee.com » Romain Bolzinger/Julien Bourgeois et le n°788 « Chacahe » Kéni Piperol/Julien Hereu.

39 Série seront au départ. Du côté de la cour des bateaux de Série, ils fourbissent les armes, la bande de déchaînés d’une dizaine de concurrents qui n’a d’autre objectif que le podium sont prêts à en découdre. Le tout récent vainqueur du Trophée MAP, Benoit Hantzperg sera rejoint par Charly Fernbach, le skipper de « Mahi-Mahi » (avec lequel ce dernier participera à la Mini Transat) est incontestablement parmi les favoris. Les petits jeunes Erwann Le Draoulec et Clarisse Cremer se sont associés pour faire parler la poudre avec « Emile Henry ». Pierre Chedeville « Océan-dentiste.com » qui vient de monter sur la troisième marche du MAP, est en tête du Championnat de France et deuxième du ranking et il est pas là pour enfiler des perles, il sera secondé par le dentiste-navigateur Antoine Gloanec…inutile de préciser qu’ils ont des dents longues comme ça. L’Irlandais Tom Dolan est le régional de l’étape, et avec son pote et entraîneur le Concarnois François Jambou à bord de « Cellastab.com », ils n’ont pas prévu d’arrêt buffet du côté de Conakilty. Le Suisse Valentin Gautier ronge son frein depuis son retour prématuré lors du MAP et sera accompagné de l’expérimenté François Amaury sur le « Shaman-Banque du Léman ». Germain Kerleveo à bord de « Technique Voile » aura le précieux soutien du figarste Frédéric Duthil. Autre co-skipper de renom, Stéphane Le Diraison qui participait au dernier Vendée Globe prêtera main forte à Benoit Sineau sur « Cachaca II ». Tanguy Bouroullec avec William Blosse sur « Kerhis-Cerfrance » ne sera pas en reste, il retrouve la grande forme et aura aussi un rôle à jouer.

Du Vendée Globe au Mini Fastnet.

Outre Stéphane, un autre récent participant au dernier Vendée Globe sera également de la partie : l’Espagnol Didac Costa. Sur un bateau plus ancien, il accompagnera sa compatriote Maria Guemes dans le cadre de la préparation de celle-ci à la Mini Transat.                     14 nations seront représentées pour ce 32ème Mini-Fastnet : France, Allemagne, Australie, Grande-Bretagne, Irlande, Espagne, Suisse, Italie, Pologne, Turquie, Croatie, Brésil, Autriche, Tchéquie.     Six filles seront en lice.

Photographie Simon Jourdan.