Mini-Fastnet : Richard-Marika et Compagnie.

Le Richard-Marika est bien connu des ministes. C’est le bateau libérateur que les skippers contactent  après le passage de Basse Vieille pour annoncer leur arrivée. C’est le bateau qu’ils voient de loin et qui matérialise pour eux la ligne d’arrivée dont il est l’une des extrémités. C’est le bateau qu’ils entendent car c’est de son bord que part le coup de corne qui marque le passage de la ligne et d’où émet la VHF du comité de course qui confirme tel numéro de bateau, à telle heure précise. Le Richard-Marika c’est le bateau bleu qui est un peu le but à atteindre pour terminer l’épreuve.

Mais le Richard-Marika, c’est aussi le bateau-amiral de l’Association Optimiste 29, dont le Président, Gilles Guyader, remerciait l’autre jour, sur le podium des discours d’avant départ, le Winches Club pour son don à l’association. Car, cet ancien fileyeur est adapté pour permettre aux personnes handicapées ou à mobilité réduite d’embarquer pour des balades en baie de Douarnenez tout au long de la saison estivale. Chaque année, le Richard-Marika fait naviguer des centaines de personnes.

Le Richard-Marika, ce n’est pas que le bateau d’Optimiste 29, c’est aussi toute une équipe qui se mobilise, année après année, pour les courses Mini 6,50 organisées par le Winches Club. A commencer par le Patron, Louis et tout son équipage; par Jean-Jacques égal à lui-même, homme orchestre, de la météo à la logistique et auprès de la Direction de Course; par Chantal, boss des contrôles sécu, et « maman des skippers » comme ils le disent eux-même; par Christian, trésorier de l’assos toujours présent à l’appel, d’un côté comme de l’autre; par Christine,  multifonction et bonne à toutes les sauces; par Dominique, qui fait les contôles sécu, veille à bord du Richard-Marika, sur lequel il effectue nombre de travaux toute l’année.

Il semble que si Gilles, le Président d’Optimiste 29, remercie le Winches Club, l’inverse est incontestablement un juste retour.

Photos Simon Jourdan