Mini-Fastnet : ETA aléatoire.

Mercredi 11h00 :

La météorologie n’est pas toujours une science exacte, surtout lorsqu’il y a lieu d’un ciblage très précis. En milieu de matinée aujourd’hui, par exemple, Ian Lipinski et David Raison marchaient à 9-10 noeuds et, la flotte des Figaro, 50 milles plus à l’Est, se trainait à 2-3 noeuds. Alors, en période de transition une ETA est aussi aléatoire que l’endroit précis où souffle le vent. Alors, compte tenu de ces préliminaires, tablons sur une arrivée entre 20h00 ce soir et 02h00 cette nuit. A noter que dans les deux cas, le record établi par « Griffon.fr » l’an dernier serait battu.

Mini-Fastnet : Les nerfs à fleur d’eau.

Mercredi 08h30 :

Proto : Les premières victimes de la transition qui traîne un peu sur le plan d’eau sont les « gros nez ». Mis à part, bien entendu, « Griffon.fr » (865) dont l’avance s’est accentuée pour atteindre plus de 20 milles nautiques à l’heure qu’il est, à 110 milles de l’arrivée. « Spicee.com » (716) limite la casse dans un premier temps. De même qu' »Eight Cube – Acryline » (888) qui s’accroche à 1 mille. « Sideral » (931) et « Lillienthal » (934) sont un peu dans les choux dans leur Ouest. Toutefois, le vent devrait avoir tourné à l’Ouest dans la matinée et relancer les machines des nouveaux protos. Affaire à suivre.

Série : Pas de changement de hiérarchie dans le groupe de tête. Ils sont très proches et subissent les mêmes aléas météorologiques. En ce début de matinée, ça repart par derrière et la flotte se resserre.      Cette situation est dure pour les nerfs des marins. Les petits jeunes d' »Emile Henry » (895) n’en souffrent pas et gardent le contrôle sur leurs poursuivants.

 

Mini-Fastnet : Pétole quand tu nous tiens

Mercredi 08h00 :

On voyait déjà les premiers arriver en fin de journée, dans un soleil couchant enflammé…et bim !! Un petit coup de pétole qui a le mauvais goût de jouer les flaneurs et les ETA reculent et reculent encore. Il fera noir, il devraient arriver aujourd’hui, ou alors un peu après minuit. Sur l’eau, c’est l’enfer, la pire situation pour les marins, surtout en compétition. Ils ont l’impression de ne plus avoir aucune maîtrise de leur fière monture qui n’est plus qu’un bouchon se balancant au gré des flots et , pour tout dire, ce n’est pas entièrement une impression.                                                                                       Le vent devait passer de l’Est à l’Ouest avec le passage d’une zone tampon qui accompagne ce genre de transition. On la pensait plus étroite, mais à l’image des plagistes plus nombreux avec l’exceptionnel beau temps de ce premier jour d’été, elle se languit au soleil et s’étalle sur la flotte. A midi, la pression devrait être de retour et passer au WSW jusqu’au WNW qui devrait accompagner le gros de la flotte jusqu’à l’arrivée. Le conditionnel reste de rigueur!

Photo Simon Jourdan.

Mini-Fastnet : Le 470 jette l’éponge.

Mercredi : 00h30 :

Le 470 « Lendur » a signifié sont abandon au Directeur de Course François Séruzier. Le Britannique Noël Sharpe et l’Australien Patrick Conway étaient confrontés à plusieurs problèmes techniques et se sont arrètés dans le petit port de Unionhall sur la côte irlandaise.

Après son arrêt forcé en Irlande, l’équipage du 470 a repris la mer pour rentrer à Douarnenez. Ils sont bien entendu « hors course », mais la progression du petit bateau vert restera visible sur la cartographie jusqu’à son arrivée à Treboul.

Mini-Fastnet : Dernière ligne (presque) droite.

Mercredi 00h00 :

Proto : Pour la deuxième place.

Le véritable problème avec « Griffon.fr »(865), c’est que l’on tombe a court de superlatifs tant sa domination est écrasante. Implacablement, Ian Lipinski et David Raison tiennent la concurrence à distance. Ils sont intraitables. Pour peu que l’écart avec les suivants descende sous les 10 milles nautique, les observateurs se regroupent autour de l’écran pour la mise à jour…pour constater que l’apéro est terminé, que les leaders ont rangés les bouteilles, les biscuits et les petits fours et qu’ils ont repris le fil de la course. Une fois passé le phare du Fastnet, « Griffon.fr » prend presqu’un mille toutes les heures. Reste encore que le génial bateau au nez rond peut se  battre contre lui-même et tenter de battre son propre record de l’épreuve.                                               Une bonne douzaine de milles derrière, ils sont 4 à croiser le fer. Le 716 « Spicee.com » (Romain Bolzinger et Julien Bourgeois), seul nez pointu encore au combat, fait mieux que se défendre et tient, pour 0,1 mille, la deuxième place temporaire. Un trio de « gros nez » l’accompagne :  le Suisse Simon Koster, secondé par Axel Trehin sur « Eight Cube – Acryline » (888); les Allemands Joerg Riechers et Robert Spanjek sur « Lillienthal » (934); les Italiens Andrea Fornaro et Oliver Bravo de Laguna sur « Sideral » (931). De cette bande des 4, il n’y en aura que 2 sur le podium.

Série : Tous les (bons) coups sont permis.  

Le leader depuis Lands End, « Emile Henry »(895) avait vu son petit pécule grignoté par un groupe de neuf chasseurs, sans toutefois jamais réussir à descendre sous le mille d’écart. A contrario, depuis le passage du Rock, « Emile Henry » retendait tout doucement l’élastique. Puis, avec la tombée de la nuit, en remettait une deuxième couche et voyait son avance repasser de nouveau au-dessus des 2 milles. Erwan Le Draoulec et Clarisse mènent leur course comme des vieux briscards. Il leur reste, pour l’heure, 183 milles à tenir jusqu’à l’arrivée.                                       Derrière, les 8 chasseurs, 8 pogo3, se tiennent en à peine 2 milles nautiques, chacun étant convaincu de la qualité de son sprint final, ils se marquent à la culotte. Ils ne se feront pas le moindre petit cadeau. Au passage de la côte Irlandaise, ils se sont débarassés de « olivertessloff.com »(893) qui s’est un peu emmêlé les pinceaux après la « Stags », à l’atterrissage sur la côte irlandaise. Aucune prévision possible sur le classement final, aucune conjoncture pour désigner la prochaine victime de la pression du groupe. Il ne nous reste que la patience, la consultation heure après heure de la cartographie, et pour certain la prière, ou le tirage des cartes, ou le marc de cafè, ou alors fouiller les entrailles d’un poulet, pour pronostiquer un podium.

Photo Simon Jourdan.

Mini-Fastnet : Bye bye Irlande.

Mardi 12h00 :

Plus de la moitié de la flotte à maintenant viré le Fastnet Rock et les bateaux encore en Mer Celtique continuent de bénéficier d’un vent d’est soutenu. Ils mènent donc bon train, et la tendance est donc plutôt à résorber un tant soit peu leur retard sur les leader. Les 4 Minis qui s’étaient faits piéger à Lands End sont à la même enseigne ce qui doit contribuer à leur remonter le moral.  C’est le 917 « Challenge Espoir mini Transat » de Valentin Massu et Melchior Treillet qui tire le second peloton en retour vers DZ.

Photo Simon Jourdan

Mini-Fastnet : Valse italienne en Eire.

Il faut noter la performance du duo italien Ambrogio Beccaria et Alberto Riva sur « Alla Grande Ambeco », largement en tête des bateaux d’ancienne génération. Avec leur Pogo2, ils viennent de passer la marque du Fastnet 09h26min., une heure seulement après le groupe des Pogo3. Bravissimo !

Photos Simon Jourdan

Mini-Fastnet : « Griffon.fr » VS « Griffon.fr ».

Le record de l’épreuve est de 3 jours 13 heures 03 minutes et 08 secondes, établi l’année dernière par « Griffon.fr » mené par Ian Lipinski et Sébastien Picault. Ce matin, avec le même bateau, Ian Lipinski, cette fois accompagné de David Raison, doublaient le Fastnet avec un temps de passage inférieur de 2 heures. Quand on se rappelle qu’en 2016 le début du retour vers Douarnenez était marqué par une période de pétole, alors que cette année le vent va faiblir légèrement mais rester au-dessus des 10 noeuds sur un seul bord…il y a du record dans l’air ! Du coup, les skippers du 865 devraient arriver demain soir (mercredi 21/06) avec le début de l’été.

Mini-Fastnet : ça fume au Rock !

Mardi 07h00 : Pointages au Fastnet : Vent d’ENE 20-25 noeuds, mer forte, houle de 2 mètres.

Proto :

  1. « Griffon.fr » (865) Ian Lipinski et David Raison à 06h32min.
  2. « Spicee.com »(716) Romain Bolzinger et Julien Bourgeois à 07h09min.
  3. « Eight Cube – Acryline »(888) Simon Koster et Axel Trehin à 07h16min.
  4. « Sideral »(931)  Andrea Fornaro et Oliver Bravo de Laguna à 07h21min.
  5. « Roll my Chicken »(679) Aurélien Poisson et Lucas Montagne à 07h51min.
  6. « Ropeye »(787) Sébastien Pebelier et Allesandro Torresani à 08h 01min.
  7. « Lillienthal »(934) Joerg Riechers et Robert Stanjek à 08h 04min.
  8. « Mille et un sourires » (667) Thibault Michelin et Pierre Denjean à 08h 14min.
  9. « Région Guadeloupe » (788) Kéni Piperol et Julien Hereu à 08h 24 min.
  10. « Destination île de Ré » (759) Antoine Cornic et Laurent Cornic à 08h 30 min.

Série :

  1. « Emile Henry »(895) Erwan Le Draoulec et Clarisse Cremer à 08h 05min.
  2. « Kerhis-Cerfrance »(909) Tanguy Bouroullec et William Blosse à 08h 15 min.
  3. « Cellastab.com »(910) Tom Dolan et François Jambou à 08h 17min.
  4. « Océan-Dentiste.com »(887) Pierre Chedeville et Antoine Gloanec à 08h 17min.
  5. « Mahi-Mahi »(869) Charly Fernbach et Benoit Hantzperg à 08h 18min.
  6. « Technique Voile »(913) Germain Kerleveo et Fred Duthil à 08h 18min.
  7. « Constructions du Belon »(868) Nicolas Ferellec et Rémi Aubrun à 08h 22min.
  8.  « Shaman-Banque du Léman »(903) Valentin Gautier et François Amaury à 08h 29min.
  9. « Cachaca II »(915) Benoit Sineau et Stéphane Le Diraison à 08h 39min.
  10. « Olivertessloff.com »(893) Oliver Tessloff et Victor Turpin à 08h 59min.

Photo Simon Jourdan.

Mini-Fastnet : Touch and go.

Mardi 07h00 :

Les 7 premiers Proto tirent des bords au portant dans la brise. Bien entendu, « Griffon.fr » a toujours un large avantage, mais derrière la bataille fait rage et les petits bolides déboulent à plus de 10 noeuds le long de ces 15 milles du parcours le long de la côte irlandaise entre la cardinale Sud « Stags » et le phare du Fastnet.                                    Les Série ne sont pas en reste, et le duo Erwan Le Draoulec/Clarisse Cremer est pointé à 12,8 noeuds pour son atterrissage sur la marque de parcours. Les étraves fument dans le petit matin irlandais.

Photo Simon Jourdan