Le monde du Mini

_6181506
photo Gildas Hémon

Aujourd’hui, la Classe Mini rassemble environ trois cents adhérents principalement des coureurs, de tous horizons socioprofessionnels, du charpentier à l’ingénieur, de l’infirmière au steward, du journaliste au skipper professionnel. C’est avant tout l’association de passionnés amoureux de ces petits voiliers fabuleux, ayant envie de partager des surfs endiablés, les galères de budget, les caprices d’Eole et tous les instants de bonheur que la mer offre ! Continuer la lecture de Le monde du Mini

Mini-Fasnet : J-4 : Une épreuve trentenaire.

 

20150611SimonJourdan_4972
Photographie Simon Jourdan.

CLASSE MINI 6,50.

Le Mini Fastnet pourrait se résumer à un aller-retour entre la cité Penn Sardin et le rocher du Fastnet, au Sud de l’Irlande.                             Mais le Mini Fastnet s’avère beaucoup plus que ça !                                      Sa destination, le phare surnommé la larme de l’Irlande (c’était la dernière vision de leur pays pour les migrants vers l’Amérique) est un mythe à lui tout seul. Son éclat blanc qui déchire la nuit toutes les 5 secondes a guidé de nombreux marins dans ces parages sauvages et dangereux.                                                                                                                          Pour les skippers de la classe Mini 6,50,il représente un véritable monument :                                                                                                                              Le Mini Fastnet est long : avec ses 600 milles en route directe, c’est le plus long parcours du circuit Mini (à l’exception de la Mini Transat et de la couse des Açores).                                                                                             Le Mini Fastnet est varié : son tracé offre successivement des décors maritimes très spécifiques : une navigation au cordeau entre les cailloux du chenal du Four; puis la traversée de la Manche et le slalom à la sortie du DST entre les cargos; puis le passage de Land’s end point extrême NE de la Grande-Bretagne; puis la traversée en diagonale de la Mer d’Irlande et enfin le retour depuis le Phare du Fastnet jusqu’à Douarnenez.                                                                                                           Le Mini Fastnet se court en double : toutes sortes de couples : des couples aguerris qui s’unissent pour viser les places d’honneur, des couples unisexes, des couples mixtes, des anciens expérimentés avec des petits nouveaux, des couples plus improbables…. C’est l’occasion d’échanger, d’apprendre, de reculer les limites ou de franchir le pas.                                                                                                                      Ce n’est pas pour rien si cette épreuve est au programme de la classe Mini 6,50 depuis 30 ans ! Nombre des 96 marins qui s’élanceront dimanche après-midi n’étaient pas nés lors de la première édition en 1985.

48 Minis, 96 marins.

Ils seront 48 bateaux sur la ligne de départ de ce 30ème Mini Fastnet ce dimanche 14 juin. 28 en Proto et 20 en Série.                             En Proto : L’incontestable favori est Davy Beaudart, associé à David Raison, architecte du bateau et vainqueur de la Transat 2011 avec le premier Gros Nez. Le bateau (865 – Flexirub cherche co-sponsor) est fin prêt, il vient de remporter de haute lutte le récent Trophée Marie-Agnès Péron et la configuration du parcours lui convient parfaitement. Il est probablement un peu tôt pour que les 2 nouveaux venus de la catégorie (888 et 894) contestent cette supériorité. Par contre plusieurs jeunes aux dents longues partent le couteau entre les dents. Ils sont bien décidés à profiter de la moindre défaillance du magicien d’Hennebont pour se glisser devant lui. Sûr qu’il sera attaqué de partout par les 667 (Ludovic Mechin  et Alan Roura), 716 (Axel Trehin et Maël Troel), 630 (Nicolas D’Estais et Quentin Vlamynck), 788 (Michele Zambelli et Charlie Pinot), 800 (Frédéric Denis et Hugo Kerhascoet) et 802 (Clément Bouyssou et Grégoire Mouly). De belles passes d’armes en perspectives.                   En Série : En l’absence de Tanguy Le Turquais, une belle bagarre s’annonce entre les trois Naciras de Damien Cloarec accompagné de son frangin Paul Cloarec (802 – Ici votre nom?), de Patrick Girod secondé par l’expérimenté Amaury François (824 – Nescens) et du belge Jonas Gerckens associé à l’italien Allessandro Torresani (821 – Netwerk). Autres candidats au podium le Pogo2 de François Jambou et Thomas Dolan ( 552 – Concevoir et construire) et les plans Rolland D2 de Pierre Loulier et Mathieu Claveau (746 – Colibri Les chevaux du beal) et des néerlandais Dimitri Simons et Ewout Lubberink (758 – Teamsolo Nl).                                                                                    Il conviendra également d’observer les performances des protos bientôt Série. Les Ofcet6,50 N° 866, 867,879 et 880 ; les Pogo3 N° 868, 869, 871 et 882. Une course dans la course, entre-eux et face aux Séries.