Le monde du Mini

_6181506

Aujourd’hui, la Classe Mini rassemble environ trois cents adhérents principalement des coureurs, de tous horizons socioprofessionnels, du charpentier à l’ingénieur, de l’infirmière au steward, du journaliste au skipper professionnel. C’est avant tout l’association de passionnés amoureux de ces petits voiliers fabuleux, ayant envie de partager des surfs endiablés, les galères de budget, les caprices d’Eole et tous les instants de bonheur que la mer offre ! Continuer la lecture de Le monde du Mini

Classement du 30ème Mini-Fastnet – catégorie série

20150620SimonJourdan_7019
Photographie Simon Jourdan

série

Num Bateaux Equipage Class. Temps
833 ICI VOTRE NOM ? SEAOWL Damien CLOAREC
Paul CLOAREC
1  4j 08:28:48
821 NETWERK Jonas GERCKENS
Alessandro TORRESANI
2  4j 10:47:50
824 NESCENS Patrick GIROD
Amaury FRANCOIS
3  4j 12:06:45
552 CONCEVOIR ET CONSTRUIRE François JAMBOU
Thomas DOLAN
4  4j 12:08:39
514 SIM GRANVILLE Edouard GOLBERY
Aloïs KERDUEL
5  4j 13:52:09
660 WWW.MADEMOISELLEIODEE.FR Sébastien PEBELIER
Erwan LE DRAOULEC
6  4j 14:14:49
746 COLIBRI – LES CHEVAUX DU … Pierre LOULIER
Mathieu CLAVEAU
7  4j 14:18:20
758 TEAMSOLO.NL Dimitri SIMONS
Ewout LUBBERINK
8  4j 14:53:40
587 PEPEN Andy ABEL
Craig HORSFIELD
9  5j 00:16:27
807 GB-SOL Becky SCOTT
Hester ROBERTSON
10  5j 02:05:04
819 WWW.ANDREASDEUBEL.COM Andreas DEUBEL
Morten BOGACKI
11  5j 07:33:23
455 PETIT AUGUSTE & Cie Frédéric MOREAU
Daniel ZANARDELLI
12  5j 10:54:11
721 COEUR FIDELE Edwin THIBON
Guillaume ROTTEE
13  5j 11:06:02
504 STREAM-ART.FR – PHOTOGRAP… Frédéric BAZIN
Elodie PEDRON
14  5j 13:24:45
732 CA TECHNOLOGIES Chris LÜKERMANN
Björn FREELS
15  5j 14:28:36
627 DONOSTIA 2016 Juan Maria ODRIOZOLA
Jose Maria GARCIA GARCIA
16  5j 18:40:07
523 FONDATION PLANIOL – BLOCH… Roland VENTURA
Sébastien LENORAIS
DNF DNF
599 GENERATIONS OCEAN Victor TURPIN
Clément VIC
DNF DNF
742 KERAMBIGORN Stanislas THURET
Bran LOUARN
DNF DNF

Epilogue: Le 007 est arrivé à bon port

0072
photo Anne Spiquel

Pierre Ebert et Edouard Blondel sont enfin arrivés à Douarnenez, vers 19h.
Un zodiac est allé à leur rencontre dans la baie, tout allait bien à bord, personne ne souffrait de faim ou de déshydratation.
A part un petit soucis électrique et une panne VHF, c’était une super navigation. Ils sont restés un peu longtemps en Irlande car ils tenaient à voir le Fastnet.
C’est donc avec le sourire que ce termine ce MiniFastnet.
L’équipe d’organisation vous souhaite de passer de beaux moments sur vos bateaux et sera très heureuse de vous accueillir l’an prochain.

photo Anne Spiquel
photo Anne Spiquel

 

Mini-Fastnet : Heures supplémentaires.

Samedi 20 juin, 17h30 : Le n° 7 (Argos Managers – Pierre Ebert et Edouard Blondel) est, à l’heure actuelle, à 90 milles nautiques de Douarnenez. Les jeunes marins venaient sur le Mini-Fastnet pour apprendre et ils font quelques heures supplémentaires. Tout semble bien aller à bord, le Mini navigue entre 4 à 5 noeuds et ils devraient être à Douarnenez en fin de journée dimanche.

Mini-Fastnet : Esprit (Mini) Tu es là !

La Mini Transat – Iles Guadeloupe 2015 est présente partout. On ne parle pas que de ça, mais on en parle beaucoup. C’est que le départ est dans moins de 100 jours. Le 19 septembre, dans 3 mois, une soixantaine de Minis 6,50 s’envoleront de la cité Penn Sardin pour rejoindre les Iles de la Guadeloupe via les Canaries. Le port de Tréboul, fief des Ministes depuis plus de trente ans, sera alors délaissé pour rejoindre le port Rhu, celui du Musée maritime, où sera installé le Village de la Mini Transat. Quant au départ lui-même, il sera donné devant le port du Rosmeur, avec ses digues comme tribunes nautiques.

Mais n’anticipons pas.

Pour l’heure, tous les skippers ne sont pas encore rentrés de la balade irlandaise. Le Richard Marika se dandine toujours au mouillage au large de l’île Tristan. La ligne d’arrivée du Mini-Fastnet dont il est le pilier, n’est pas encore fermée plus de 24 heures après l’arrivée des premiers.

Au compte-gouttes, les équipages participants passent la ligne les uns après les autres. Chacun avec son histoire à raconter, ses ennuis, ses joies, ses moments de doute, parfois de découragement, ses longs moments d’euphorie dans les glissades sans fin des allures portantes,… Les histoires de Mini, c’est une histoire sans fin.

Et les sempiternelles discussions d’après course, presque toujours les mêmes

  • Les bastaques de 8, c’est trop lourd.
  • Oui, mais celles de 6 font mal aux mains.
  • Ouais mais moi j’mets des gants.
  • J’avais oublié ma crème, j’suis cramé.
  • Mais t’avais quoi comme voile après le Fastnet.
  • Vous l’avez vu le Phare?
  • On s’est pris un poisson-lune dans la quille.
  • Un requin a arraché le safran.
  • Là, j’ai eu du bol.
  • Là, j’ai pas eu de bol.
  • J’lai vu passer, j’comprenais pas, j’pensais même avoir des algues dans la quille.
  • Des algues? Plains-toi, j’ai traîné un bout de filet pendant des heures

Le tout ponctué de grands éclats de rire tonitruants, de vannes, où ils se chambrent. Bref, ils refont la course.

rires
photo Simon Jourdan

De l’avis général, à Douarnenez, l’accueil est extraordinaire.

Après la solitude du large, l’âpreté de la mer, les conditions humides, souvent proches de l’état de survie, après les efforts et l’usure qu’ils entraînent, après le manque de sommeil, après l’inconfort, c’est l’accueil douarneniste à la mode Winches Club.

Ce sont d’abord les zodiacs, par tous les temps, tout le temps, à chaque arrivée, ils sortent pour accueillir le nouvel arrivant. Un petit mot d’accueil, une amarre passée, le bateau tracté aux pontons, les voiles affalées en vrac, le Mini qui glisse sans bruit sur son erre et s’arrête en douceur.

Sur le ponton, qui les amis, qui la famille, tous les bénévoles du Winches Club et puis les potes, arrivés juste avant, qui mettent un point d’honneur à venir donner un coup de mains, à offrir la première bière fraîche et moussue.

Les marins, les pieds hésitants sur la terre ferme, remontent à la Maison du Nautisme pour un repas chaud.

En voici quatre qui arrivent, ça s’affaire en cuisine, ça y est, c’est prêt et fumant, les skippers s’attablent. Les services s’enchaînent. Quand une paire est au dessert, les suivants arrivent, glissent sur le banc et la grande table conviviale est occupée non-stop pendant 48 heures, toujours vivante. Et toujours avec les nouveaux arrivants ,on refait la course encore et encore :

  • Tu l’as trouvé comment le boeuf strogonoff lyophilisé?
  • Beuark…

On ne s’interrompt que pour engloutir le repas servi avec un sourire, quelque soit l’heure.

C’est tout ça l’esprit Mini, et à Tréboul les jours d’arrivées, il règne en maître, c’est lui que, sans y penser, tout le monde respecte, apprécie et qui fait que, malgré la fatigue, la douleur parfois,les skippers parlent déjà de la prochaine course. Parce que ces moments- là, des moments de grâce, ils en veulent plus, ils en veulent encore et ce n’est qu’un pur bonheur qui se partage sans compter.

Il en est pour les suiveurs comme pour les courreurs, vivement l’année prochaine, le rendez-vous douarneniste est désormais incontournable.

Mini-Fastnet : La ligne d’arrivée est fermée.

12h00 :Il reste 2 bateaux en mer – deux Protos -, mais le couperet est tombé, la ligne d’arrivée est fermée 36 heures après l’arrivée du premier, c’est-à-dire depuis hier soir, peu avant minuit pour les protos.
Le Proto 867 (O.R.A. – Serge Bertrand et Laurent Picard) est à quelques encablures de la ligne mais trop tard pour être classé. Il sera DNF (Did Not Finish). Il vient d’arriver à Tréboul vers 11h00.

Le Proto n°7 est encore à 120 milles de Douarnenez il sera également DNF mais sera suivi jusqu’à son arrivée à bon port.