Archives de catégorie : Actualités

Le podium série

4h12’38s jeudi 20 juin : Ambrogio Beccaria et Alberto Riva, remporte le Mini-Fastnet, en série.

5h58’00s jeudi 20 juin : Nicolas D’Estais et Sam Goodchild, sur le 905, terminent à la deuxième place.

Nicolas D’Estais : « J’ai jamais été aussi vite, la montée était assez rude. J’ai appris plein de choses au coté de Sam ». Super content du résultat, il se remémore la philosophie de son équipier : « A un moment, on a vu personne pendant 4 heures.. Sam m’a rassuré en me disant qu’on ne pouvait pas se faire doubler par toute une flotte sans rien voir ».

Sam Goodchild est un équipier de Thomas Coville et il est ravi de cette première expérience en Mini.

6h18’37s jeudi 20 juin : Amélie Grassi et Davy Beaudart, sur le 944, sont troisièmes.

Amélie : « Ils ont été solides » en parlant des vainqueurs Ambrogio Beccaria et Alberto Riva. Elle et Davy avaient vite saisi qu’il n’y avait plus de Maxi devant après la Manche. Mais même si Amélie déplore quelques erreurs, elle est contente et est sûre de s’être bien battue.

Pour Davy, la montée et les sensations étaient agréables. C’était pour lui des superbes conditions de course, ajoutés aux splendides paysages côtiers qu’a offert l’Irlande à leur passage, il est très content de cette édition.

Le reste de la flotte va continuer à arriver au compte-goutte jusque tard ce soir.

La remise des prix est prévue demain vendredi 21 juin à 18h00 à la maison du nautisme à Tréboul.

Ambrogio Beccaria et Alberto Riva, les premiers surpris.

4h12’38s jeudi 20 juin : Ambrogio Beccaria et Alberto Riva, remporte le Mini-Fastnet, en série.

« Quand on a vu les Maxi débouler sur La Manche, on s’est dit, c’est bon, ils sont devant » Ambrogio et Alberto ne les ont plus jamais revus (et pour cause!), ils ont fait leur course, souvent à la bagarre avec les prototypes. « Une course parfaite, mais très mouillée » nous dit Ambrogio « zéro problème, et au Fastnet c’était super beau ! ».

Pour Alberto, c’était une course pour les Maxi et il est ravi de décrocher sa première victoire sur le Mini-Fastnet après avoir remporté par trois fois le prologue.

Ambrogio, quant à lui, excusez du peu, remporte donc deux fois le Trophée Marie-Agnès Péron et deux fois le Mini-Fastnet d’affilés.

Arrivée de Cerfrance

1h49’15s jeudi 20 juin

C’était la première sortie dans le grand bain pour le bateau. Et le galop d’essai est plutôt réussi ! Tanguy Bouroullec et Rémi Aubrun finissent à une belle troisième place.

On se souvient que peu avant l’Angleterre le 969 a marqué un temps d’arrêt avant de repartir sur une allure plus modérée. C’est à ce moment que l’équipage a perdu l’usage du safran tribord. Le safran sous le vent pour le long bord vers l’Irlande, ce qui a un peu compliqué les choses.

« En Manche, on levait le pied à 17 nœuds pour finir la course. Et dans la pétole, les foils transforment le bateau en tapis volant, c’est assez fou ! » raconte Tanguy. Alors que Rémi lâche dans un sourire : « C’est le début d’un bateau de légende ».

Arrivée du premier groupe

A 22h00

Cerfrance, le 969 Tanguy Bouroullec et Rémi Aubrun, semble s’être échappé du petit groupe des 13. A moins de 30 milles de Douarnenez, il est en bonne position au sud de Molène pour conserver sa troisième place jusqu’à la ligne d’arrivée.

Du coté des série, le 943, Ambrogio Beccaria et Alberto Riva, toujours leader est à 37 milles de l’arrivée et marche à 6,3 nœuds. 6 milles derrière le 905, Nicolas D’Estais et Sam Goodchild, a effectué une belle remonté jusqu’à la seconde place. Il bataille maintenant avec le 944, Amélie Grassi et Davy Beaudart, pour la conserver.

L’arrivée de tout ce petit monde est prévue entre 1h00 et 4h00 du matin si le vent se maintient.

Derrière, la flotte du deuxième groupe est très éclaté à la suite du manque de vent rencontré ces dernières 24 heures et se situe encore à plus de 80 milles de l’arrivée.

Un Mini-Fastnet record

« On a fait un temps pour monter ! » clame Thomas Coville.

Avec Axel Tréhin, ils décrochent en plus de la victoire le record en temps du Mini-Fastnet en bouclant la course en 3 jours 4h58’26s à 7,86 nœuds de moyenne. (pour mémoire, le record, 3 jours 08h52’19s datait de 2017 et avait été réalisé par Ian Lipinski et David Raison)

Après avoir passé le Fastnet, le duo a subi un black-out electrique et il a navigué sans aérien (la girouette et l’anémomètre ont disparu) depuis la Mer d’Irlande.

« C’était vraiment super, une navigation géniale. Axel est vraiment très, très fort » nous dit, Thomas Coville, visiblement ravit de l’expérience : « C’est une course exceptionnelle, un parcours complet».

«  On a pas mangé chaud, la traversée de La Manche était sport. C’était la grosse bagarre avec François Jambou et Pascal Fievet. Ils n’ont rien lâchés, il a fallut tout donner ! » nous raconte l’équipage du 945.

 

Sur le ponton, Axel et Thomas remercient encore, chaudement, Fabio Muzzolini (716) de les avoir dépanné d’une dérive juste avant le départ. Ils remercient également encore Antoine Perrin (850) pour son son concours. ( https://minifastnet.winchesclub.org/abandon-du-716-et-trafic-de-derives/ )

Axel Tréhin remporte son deuxième Mini-Fastnet d’affilé, c’était la première tentative pour Thomas Coville.

Pour François Jambou et Pascal Fievet :  « Le lot de consolation, c’est d’avoir 60 milles d’avance sur les autres ! ». Ils sont évidemment un peu déçus : « J’ai tout cherché et je n’ai pas trouvé la solution », nous dit François. Il y a eu un peu de casse aussi sur le 865 : un winch arraché et les dérives bloquées.

Les quatre marins énumèrent leurs nombreuses passes d’armes tout au long de la course sur le ponton de Tréboul. Le match a été intense d’un bout à l’autre. D’après François, ils ne pouvaient pas aller plus vite en Irlande. Axel acquiesce.

François Jambou et Pascal Fievet boucle leur Mini-Fastnet en 3 jours 5h58’20s, à 7,76 nœuds de moyenne.

Ces deux équipages arrivent avec une avance colossale sur la flotte. Mais la course continue ! Les prochaines arrivées sont attendues dans le milieu de nuit prochaine. On remarque que chez les série, Ambrogio Beccaria et Alberto Riva sur le 943 a manœuvré de main de maitre et dispose d’une belle avance sur ses concurrents.

Duel

Le 865 – François Jambou et Pascal Fievet est passé en tête hier soir vers 21h00. Avec le 945 – Axel Tréhin et Thomas Coville, Ils sont maintenant dans leur approche finale de la ligne d’arrivée. Il reste 40 milles, La bataille est intense. Et elle devra être menée jusqu’au bout.

A 80 milles de ce duel, ce trouve un premier groupe naviguant presque sur une ligne. On y trouve le 943, Ambrogio Beccaria et Alberto Riva, en tête des série. Et ensuite les 944, 947, 905, 902 pour la catégorie série et les 900 et 969, les deux foilers bord à bord ainsi que les 679, 800, 950, 888, 759 et 956 pour les prototypes. A environ 60 milles de ces derniers, le deuxième groupe contient le reste de la flotte, marchant à environ 9 nœuds.

Le dernier et les premiers

A 23h00

Le dernier, le 917, skippé par Marie Pousset et Yan-Yvon Le Dantec, s’apprête a passer le Fastnet.

160 milles plus au sud, François Jambou et Pascal Fievet ont pris la tête de la course et filent maintenant à près de 11 nœuds vers Douarnenez.

Les premiers sont finalement attendus à midi, demain, d’après le dernier routage.

Une descente en pente douce.

A 18h00, la flotte des Mini est clairement scindée en 3 groupes :

Le premier, à plus de 25 milles des leaders (945 et 865), est emmené par le 800. On y retrouve les prototypes : 950, 679, 888, 900, 969, 759 et le proto-série 956 ; et cinq Pogo 3 (série) : 947, 943, 944, 905 et 902. Tous affichent une vitesse autour des 4,5 nœuds.

Le second, compte 29 bateaux, on y trouve le 802 et le 962 à sa tête. Plus éclaté, ce groupe semble chercher son vent.

Le dernier groupe, le reste de la flotte, est collé à l’ouest du DST depuis près de deux heures.

Le 961 a vraisemblablement raté la marque Stags et après avoir passé le Phare du Fastnet, il a contourné le DST pour repasser la Cardinale Sud.

Tout devant, les 945 et 865 ne se lâchent pas. On imagine que la moindre erreur coutera chère.

Un routage, effectué en cette fin d’après-midi, donne une arrivée estimée le jeudi 20 juin entre 3h00 et 5h00.

Plus de vent !

Entre 3h et 4h ce matin, comme annoncé, le vent est tombé. Il est en train de tourner pour passer au nord. Après les folles allures enregistrées les premières 36h de la course, la flotte s’est retrouvée littéralement scotchée. C’est un des moments de course les plus terribles pour le mental des marins.

A présent, cela semble repartir doucement.

Axel Tréhin et Thomas Coville sont maintenant à 200 milles de l’arrivée, bien marqués sur leur bâbord par François Jambou et Pascal Fievet. Puis à 23 milles au nord, Ian Lipinski et Benoit Hantzperg devancent d’une bonne dizaine de milles le groupe de 4 prototypes (679, 950, 888, 900). Ces derniers sont rattrapés par les premiers série, dans l’ordre : 947, 943, 944. Ce trio de tête se tient en moins de 4 milles, il est suivi par le 905 et le 956.

A 9h00, 37 bateaux ont contourné le Phare du Fastnet.

Vers 3h30 ce matin :

  • Le 979 est arrivé au port de Tréboul.
  • Le 935 passait le Fastnet.
  • Le 470 passait Stags. Il est proche du 757 et du 857.

Matthieu Vincent et Alessandro Torresani au Fastnet

Il est 22h00, au tour des premiers série de contourner le mythique Fastnet.

Le 947 de Matthieu Vincent et Alessandro Torresani ouvre la marche, toujours accompagné du proto-série 956 skippé par Kéni Piperol et Sébastien Audigane.

Viennent ensuite les inséparables Beccaria-Riva (943) et Grassi-Beaudart (944). Un peu plus loin, 4ème D’Estais-Goodchild sur le 905, 5ème Ferré-Bloch sur le 902, 6ème De Jacquelot-Sainson sur le 909 précèdent deux Maxi, les 980 et 973. Chaffoil se trouve entre ces trois derniers bateaux, 10ème des prototypes.

En tête de course et des prototypes, Tartine (945) devance toujours le 865 et 30 milles le sépare du 800. Après, à 15 milles du 800, 3ème, un petit groupe de quatre longe le DST du Fastnet dans lequel se trouve les 679, 888, 950 et 900. Le 900 a perdu trois places entre Stags et le Fastnet.