Archives de catégorie : Actualités

Un beau départ au petit matin

Les remorquages pour le départ de course prévu à 8 heures commencent sous une aube lumineuse et un air frais. Les derniers sortis du port peinent à rejoindre la ligne de départ dans un vent très faible, départ retardé donc d’un petit quart d’heure… mais miracle, tous les bateaux prennent le départ, ils sont donc 170 skippers à se lancer dans l’aventure du Fastnet ! Nouveaux fraîchement arrivés dans le parcours Mini et anciens vainqueurs de la Minitransat, ça risque de batailler sec sur le parcours !

Départ plein ouest travers au vent , la vitesse est la clé et les protos sont très rapidement en tête de flotte. On y retrouve en première position Laure Galley et Alexandre Demange sur le 1048. Pour les séries le classement se chevauche beaucoup plus, dans les premiers on compte  entre autre le 910, avec Jean Cruse et Tanguy Bourroulec, qui a déjà un sacré palmarès en classe Mini, le 1009 avec Titouan Quiviger et Maxime Abgrall et le 1007 Team Asi avec Nicolas Dupard et Damien Fleury, qui reste assez constant sur la première place en fin de journée. Il y a environ 5 heures d’écart entre le premier et le dernier de la flotte vers 21 heures donc à peu près 13 heures après le départ. Le proto 747 a abandonné suite à un problème dans le gréement. Une bonne brise de 15 nœuds NNO est prévu pour la nuit, mollissant en fin de nuit.

L’effervescence du départ de course se fait sentir!

Journée active aujourd’hui sur les pontons, entre le prologue, les dernières réparations, le briefing de course et le pot d’accueil, les skippers doivent veiller à ne pas trop se fatiguer car les remorquages débutent vers 5 heures le lendemain matin, pour 4 à 6 jours de navigation en Manche et en mer Celtique.

une jolie descente sous spi sur le prologue

Le prologue s’est déroulé entre 12 et 14 heures environ aujourd’hui sur un parcours banane long d’ 1,5 milles nautiques entre les deux bouées, sous un soleil radieux et un vent nord-ouest n’excédant pas les 10 nœuds. Aucune casse à déplorer. Mais quelques skippers sont rentrés avant la fin du prologue, pressé par le temps et les derniers fignolages à effectuer sur leur canot. C’est le cas par exemple de Marie Gendron et Marine Legendre sur le tout nouveau proto 1050 Léa Nature, construit par la skippeuse Marie sur un chantier de 9 mois et mis à l’eau il y a peu, ce sera la première course du voilier et « il  a encore du travail sur le matelotage et l’accastillage avant le départ de course » s’exclame Marie en amarrant sont Mini au ponton.

spi bien proche de l’eau sur le 905

Le départ de régate à 8 heures se fera sur une ligne direct, travers au vent du nord de 5 à 10 nœuds prévu pour dimanche 12 juin. Vent de face et dorsale stationnent sur le chemin, certains coureurs ont peur de rester coincer dans la pétole. Le passage sera  du four risque déjà de scinder la flotte : vent de face et contre-courant, le passer sera une étape! Petit rappel, offshore socialclub diffusera demain matin une vidéo en direct du départ c’est ICI.

Le parcours initial est maintenu : cap sur le Fastnet!

10.06.2022

Une petite bruine et un ciel gris surplombent Douarnenez aujourd’hui, vendredi 10 juin 2022. Cela n’empêche en rien les skippers de terminer leurs dernières bricoles sur les bateaux avant de passer à la maison du nautisme chercher les instructions de courses, sorties à 11 heures ce matin.

Aujourd’hui la télé japonaise pour les deux protos DMG Mori.

Le départ se précise : 12 juin, 8 heures du matin pour le parcours initial. Ce ne sera pas un dimanche grasse matinée pour les coureurs ni pour les bénévoles du winches club ; il faut prévoir environ 3 heures pour remorquer tous les bateaux hors du port!  En attendant les skippers profitent d’avoir encore de la connexion pour faire du routage sur l’ordinateur. Les prévisions météorologiques annoncent un vent faible à modéré de secteur nord-ouest. Ce sera, à priori, en tirant des bord que débutera la régate; passage du four entre l’île d’ Ouessant et la côte puis passage à l’est des îles Scilly avant de mettre le cap sur le phare du Fastnet.  Pour le retour, qui passe à l’ouest de toute côte, une dorsale, zone sans vent, s’étend vers le Sud ouest à partir des îles scilly et semble se déplacer peu. « Le franchissement de ce mur risque d’être long » lâche François Jambou. Cela dit, la météo est assez instable et peut beaucoup évoluer entre temps. Stay tuned !

Un dauphin a surpris un plongeur en train de nettoyer sa carène. Une bonne frayeur! (mais pas de photo du dauphin)

 

Cartographie en direct de la course 

Vidéo de Offshore social club pour suivre le départ de la course 

 

La Mini Fastnet 2022 se prépare sur les pontons de Tréboul

Le départ de la 36ème édition de la Mini Fastnet est prévu pour le dimanche 12 juin 2022, à Douarnenez. Les pontons sont pleins à craquer de Minis 650, tous les inscrits ont répondu à l’appel et ils sont 85 bateaux soit 170 skippers à se préparer à cette course mythique. Mythique car allant chercher le phare du Fastnet au sud de l’Irlande à 300 milles nautiques de Douarnenez puis retour dans la ville aux trois ports. Mais le doute plane sur les pontons, le parcours sera-t-il maintenu ? En 2021, la Mini Fastnet avait fait route vers le sud à cause de la pandémie, les coureurs espèrent cette année que la météo ne réservera pas le même sort au parcours! Cette course de 600 milles nautiques se court en double : un skipper généralement propriétaire du bateau et un co-skipper.

Marin Le Nours et Matéo Raphalen sur le 739

Celui-ci peut être soit un ancien des courses Mini, comme Benoît Hantzperg, Tanguy Bouroullec et François Jambou, ou alors un ami tenté par cette course ou encore un membre de la famille, comme c’est le cas pour Martin Revol sur le 835, qui invite son frère à courir avec lui. Ce père de famille, après un voyage en voilier d’un an et demi avec ses enfants, se consacre dans son temps libre aux courses Minis. « Je n’ai pas l’ambition de gagner, je chercher surtout à progresser» annonce le planchiste de 40 ans.

Marie Gendron sur le 1050 souhaite vider l’eau de son bateau pour le test de stabilité

La régate compte pour l’instant environ un quart de prototypes, 12% de présence féminine et plusieurs nationalités européennes ainsi qu’internationales comme le Japon, les Etats-unis  et le Canada. La veille de la course, le 11 juin, un prologue sera couru dans la baie de Douarnenez, pour tester le bateau, les balises de localisations … et les équipages! En effet, de nombreux co-skippers n’ont pas encore navigué sur le bateau sur lequel il partiront pour la course. Une brise légère d’ ouest est attendu pour le prologue qui consiste à un petit parcours triangle ou banane. « On sera beaucoup sur un petit parcours, il faudra faire attention à ne pas casser le bateau avant le vrai départ de course! » annonce Romain Gautreau sur le 814 Solidarités Internationale. Cette année, un briefing médical non obligatoire et accès sur l’utilisation de la pharmacie à bord  est proposé pour les coureurs par Marine Roland, une médecin du sport.

Briefing médical par Marine Roland

Le Fastnet BXA 2021

Après un prologue estival samedi dernier, 82 équipages, 137 hommes et 27 femmes, se sont élancés le dimanche 13 juin après midi de Douarnenez en direction du sud, de la BXA, toujours sous ce grand anticyclone qui régnait alors sur toute la France. La tension sur la ligne et l’envie d’en découdre étaient palpables, tant et si bien qu’un rappel général précéda le bon départ de ce 35ème Mini-Fastnet sans Fastnet.

Le passage du Raz fut déjà pour certain une épreuve. Le manque de vent en scotcha quelques un devant la porte de la Baie d’Audierne. On se demanda même si tous allaient passer avec la marée.

27 femmes au départ donc, et ce sont elles qui ce sont emparées des premières places cette première nuit de course. Ainsi Chloé Le Bars et Lina Rixgens sur le 1007-Association MJ pour l’Enfance en série et Nolwen Pébelier avec Frédéric Moreau sur le prototype 787 – DECOSAIL menaient la course au matin du 14 juin. S’en suivit une longue et chaude journée dans de petits airs au portant pour descendre vers Yeu. Irina Gracheva et Mickael Ryking remontèrent alors vers l’avant de la flotte, tandis que Pierre Le Roy et Cedric Faron prirent une bonne option qui les plaça en tête de la course, et le 914-Velotrade, le 886-HALTOFLAME / ilots.site et le 893-Groupe Adre se trouvèrent dans les leaders de la catégorie série pour la descente vers la BXA. C’est dans cette descente vers le sud que Tanguy Bouroullec et Guillaume L’Hostis sur le POGOFOILER comblèrent leur retard sur les premiers, c’est aussi a ce moment que l’on compta 12 prototypes entête de course, ce qui en ravit plus d’un.

A partir de mardi matin, après le passage de la BXA, la course pris des allures de speed test géant sur 200 milles jusqu’à la pointe bretonne. C’est alors qu’au bout de 17 heures de près, la Chaussée de Sein devint une sorte de juge de paix impitoyable et sur un mauvais bord, le prototype 1019 TeamWork qui avait résisté jusque là à son poursuivant, laissa s’échapper le POGOFOILER qui fonça droit vers la victoire. Chez les séries le match était très serré et tous se surveillaient comme le lait sur le feu lors de la remontée vers Sein. « On a moins dormi que sur une course en solitaire » lâchent les vainqueurs de la course Gaël Ledoux et Julien Pulvé sur le 886-HALTOFLAME / ilots.site.

Il n’y a peut être pas eu de Fastnet, même si certains affirmèrent que la météo de l’arrivée le leur rappelait, mais assurément une très belle course remplie d’aventures et de suspens.

Bon été à tous et bon vent aux les heureux élu-e-s de la Mini-Transat 2021

A l’année prochaine !

A l’arrivée

En prototypes les matchs pour la première et pour la 4ème place ont été serré, voire très serré entre le 787 et le 800 (4ème et 5ème) skippés par Nolwen Pébelier-Frederic MOREAU et Irina Gracheva-Mickael Ryking que seulement 7 secondes sépares. Pour les premiers, tout s’est joué au passage de l’Occidentale de Sein quand POGO FOILER à bien mieux négocié l’approche de la bouée et a réussi à creuser un écart de plus de 4 milles sur le 1019 TeamWork qui avait fait la majeur partie de la course en tête. A l’arrivée, une heure les sépare. Le 850-Pays d’Iroise de Victor Turpin et Antoine Perrin vient compléter le trio après une belle course aux avant-postes dès Yeu.

En série, il ne fallait rien lâcher non plus, surtout sur ce long bord de 200 milles depuis la BXA, aux allures de speed test. Ne rien lâcher non plus arrivé sous la Chaussée de Sein quand le vent et la mer ont forcis. Ce n’était pas des conditions idylliques pour les Maxi et le podium a été trusté par les Pogo 3. Épuisés et contents d’arrivés après une course à suspens, Gaël Ledoux, accompagné de Julien Pulvé, s’offre sa première victoire (en série) sur son bateaux le 886-HALTOFLAME / ilots.site. Le 893-Groupe Adre – de Cecile Andrieu et Remi Aubrun et le  914-Velotrade de Brieuc Lebec et Charles D’Orange font respectivement 2 et 3, à 33 et 36 minutes des premiers après 3 jours et 4 heures de courses.
La course continue ! Et les derniers sont attendus au mieux demain après midi.
(photo des 3 premiers équipages série)

le 969 POGO FOILER premier

Après une lutte acharné avec le 1019 TeamWork, Le 969 POGO FOILER a fait la différence sur la fin de parcours en distançant son adversaire de près de plus d’une heures. Tout s’est joué au passage de la Chaussée de Sein. Le début de course jusqu’à la BXA a paru assez calme à Tanguy et Guillaume bien qu’ils leur a fallut combler le retard pris lors du passage d’Yeu. C’est sur la remonté au près que ça s’est tendu : « il y avait du suspens, il ne fallait rien lâcher ». A Basse Vieille, ils ont cassé leur bout-dehors. Ils sont arrivés un peu cramé mais heureux sous une pluie tiède après 3 jours 15h 25′ 05s de course.

La chaussée de Sein

C’est hier vers 22h30 que les routes du 1019 – TeamWork et du 969-POGOFOILER se sont croisées, 20 milles sous l’Occidentale de Sein. C’est à ce moment là que Tanguy Bouroullec et Guillaume L’Hostis ont pris le dessus. Puis ils ont franchi la marque ouest de la Chaussée de Sein un peu avant 3h ce matin avec 45 minutes d’avance. A 4h30, à 22 milles de l’arrivée, ils filent à près de 10  nœuds avec presque 10  milles d’avance. Pierre Le Roy et Cedric Faron plafonnent à 7,5 nœuds… un problème mécanique?
Derrière le 850-Pays d’Iroise est bien placé pour conserver sa troisième place, suivent le 800-Irina Gracheva Racing, le 787-DECOSAIL et le 930-Cassiopee.

A 50 milles de l’arrivée, le 886-HALTOFLAME / ilots.site quant à lui, reste leader des séries avec moins de 2 milles d’avance sur ses poursuivants le 914-Velotrade, le 920-SIGNFORCOM et les 966-LES ALPHAS et 993-EdiliziAcrobaticaun 1 mille plus bas. La négociations de l’Occidentale de Sein va être cruciale pour ce groupe également.